Whiteblack.fr » Immobilier » Comment calculer la réduction d’impôt avec le dispositif Pinel ?

Comment calculer la réduction d’impôt avec le dispositif Pinel ?

Avec le dispositif Pinel, les investisseurs ayant acheté un bien immobilier destiné à la location peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt. Mais comment faut-il calculer ce montant et quels sont les plafonds liés à ce dispositif ? Dans cet article, nous vous expliquons pas à pas comment obtenir cette réduction et en tirer le meilleur parti.

Qu’est-ce que le dispositif Pinel ?

Le dispositif Pinel est un dispositif de défiscalisation pour l’investissement locatif mis en place par la loi de finances pour 2017. La loi Pinel permet aux investisseurs d’acheter un logement neuf ou ancien mais dont la construction ou les travaux de rénovation sont achevés depuis moins de 5 ans et qui dépendent des conditions relatives à son emplacement bien précis. Les contribuables peuvent alors bénéficier d’une réduction d’impôt pouvant atteindre jusqu’à 21% du montant de l’acquisition. Pour cela, ils doivent signer un engagement de location avec des locataires dont les ressources respectent les plafonds prédéfinis.

Les avantages du dispositif Pinel sont nombreux. En effet, il offre aux propriétaires un avantage fiscal intéressant, mais aussi un investissement locatif rentable et une bonne solution pour la mise en location d’un bien immobilier. En plus des avantages fiscaux, le dispositif Pinel donne aussi l’opportunité de bénéficier de loyers réguliers et stables ainsi que d’une prise en charge de charges locatives et administratives.

Comment calculer la réduction d’impôt offerte par le dispositif Pinel ?

Pour calculer la réduction d’impôt offerte par le dispositif Pinel, il faut d’abord prendre en compte plusieurs facteurs : les plafonds de loyer par m², la surface habitable, les ressources des locataires, le prix de vente du logement et sa date d’acquisition.

Calcul des plafonds pour obtenir une réduction fiscale maximale

Les plafonds de loyer par m² varient en fonction de la zone dans laquelle se trouve le logement. En effet, si un bien immobilier se situe dans une zone tendue (zone A, A bis ou B1), le propriétaire peut prétendre à une réduction d’impôt comprises entre 12 et 21% du prix d’acquisition. Les plafonds s’établissent alors respectivement à 17,93 €/m² pour une zone A, à 15,42 €/m² pour une zone A bis et à 11,47 €/m² pour une zone B1. Dans les autres zones (C, C bis et B2), les plafonds sont respectivement de 13,33 €/m², 11,37 €/m² et 9,68 €/m².

Le propriétaire doit également prendre en compte la surface habitable du logement (la surface utile étant égale ou inférieure à la surface habitable) afin de pouvoir bénéficier d’une réduction fiscale maximale. En effet, selon les zones géographiques, la surface habitable est limitée à maximum 170 m² en zone A et A bis et à maximum 150 m² pour les autres zones. Le propriétaire doit alors appliquer un coefficient multiplicateur au prix de l’appartement à partir duquel il sera possible de calculer le montant de la réduction d’impôt.

Le propriétaire doit également vérifier que les ressources des locataires ne dépassent pas certains plafonds. En effet, le montant des loyers perçus par le propriétaire ne doit pas dépasser 3 fois les revenus des locataires. Ces plafonds varient en fonction du nombre de personnes composant le ménage : pour un couple sans charge, les plafonds sont respectivement de 41 127 € en zone A bis et 36 076 € en zone B1. Les autres zones sont accessibles avec des plafonds identiques pour chaque nombre de personnes composant le ménage.

Quel est l’avantage fiscal offert par le dispositif Pinel ?

Le dispositif Pinel offre un avantage fiscal intéressant à ceux qui souhaitent investir dans l’immobilier locatif. En effet, les propriétaires peuvent bénéficier d’une réduction d’impôt qui s’établit à 12 % du prix net d’acquisition du logement s’il s’engage à le louer pendant 6 ans, 18 % si l’engagement est de 9 ans et 21 % si l’engagement est de 12 ans.

Quelles sont les obligations liées à ce type de défiscalisation ?

Les propriétaires qui souhaitent bénéficier des avantages fiscaux proposés par le dispositif Pinel doivent obligatoirement signer un engagement de location. Ainsi, les propriétaires s’engagent à louer le logement aux locataires dont la rémunération ne dépasse pas certains plafonds et à un loyer qui ne dépasse pas un certain montant. Les propriétaires sont également tenus de respecter les engagements de location pendant une durée minimale de 6 ans.

Conclusion : Pourquoi investir en loi pinel est un bon choix fiscalement intéressant ?

Le dispositif Pinel offre aux propriétaires avides de défiscalisation un avantage fiscal intéressant et un bon complément aux impôts. En effet, si le propriétaire conclut avec succès l’acquisition d’un logement, il profitera d’une réduction d’impôt allant jusqu’à 21 % du prix net d’achat du bien immobilier. Dans le même temps, le propriétaire pourra profiter de loyers réguliers pendant plusieurs années.

Cette solution est donc tout à fait intéressante pour les investisseurs souhaitant réduire leurs impôts et percevoir des loyers stables. Le dispositif Pinel permet également d’acheter un logement neuf ou ancien qui profitera d’un certain avantage fiscal et d’une plus-value à long terme. Le calcul des réductions d’impôt peut être effectué en tenant compte des plafonds de loyer par m², de la surface habitable et des ressources des locataires.

En somme, le dispositif Pinel offre aux investisseurs un bon compromis entre avantages fiscaux intéressants et rentabilité locative. Pour obtenir le maximum de ses avantages, il est néanmoins important de respecter les règles du dispositif et de connaître les points clés du calcul des plafonds et de la réduction d’impôt proposée par Pinel.